L’argent numérique : propre mais ségrégateur

L’argent numérique : propre mais ségrégateur

Actuellement, les détaillants préfèrent que leur clientèle paie leurs achats par carte ou smartphone plutôt qu’avec du cash. L’argent virtuel n’aurait que des avantages et serait plus propre. Vraiment ? Cette course effrénée ne risque-t-elle pas d’exclure une partie de la population ?Dans notre pays, il y a des personnes qui n’ont ni smartphone, ni carte, ni compte. Et oui !

D’après les chiffres donnés par l’Association suisse de vente à distance, le paiement sur internet par facture représentait encore 81% des transactions en 2015, par carte de débit 2% et par carte de crédit 13%.Beaucoup de personnes donc n’ont pas de carte de crédit ou ne veulent pas l’utiliser pour des achats sur Internet, même si leur nombre tend à se réduire. Parmi elles, il y a les seniors, ceux peu à l’aise avec numérique, ceux qui n’ont tout simplement pas les moyens financiers d’avoir accès à ces technologies et enfin, les méfiants des transactions numériques.

Devenir une société sans cash ne doit pas accentuer les inégalités et exclure une partie de la population de l’économie réelle et du circuit financier. Cela, la Suède la bien compris. Elle organise depuis cette année un retour progressif au cash, du moins pour certains services.

Add Comment

Your email is safe with us.

*

Sign In mlc-fribourg

Connectez-vous via vos réseaux sociaux pour créer un compte plus rapidement.

or

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password